Analyse politico-économique Prévision électorale

                  Etudes                     Analyse économique

Marketing politique   Communication politique

 

 

A la une…

Prévision des Midterms 2018 : notre dernière publication à lire dans le Figaro

Mardi 16 octobre 2018

 

Véronique Jérôme

 

Bruno Jérôme

 

Fabrice Nodé-langlois (Journaliste au Figaro, Chef du service Economie  Internationale)

 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/10/15/20002-20181015ARTFIG00189-l-economie-permet-elle-de-prevoir-les-resultats-d-une-election.php

Les performances des  Forecasters américains

Une performance moyenne de 80% depuis 2006

Prévision des sièges à la chambre des représentants et au Sénat

D'après les prévisions des forecasters américains, on peut s'attendre plus à une vague démocrate qu'à un tsunami. En revanche, les Républicains pourraient conserver le Sénat. 

William D. Nordhaus co-prix Nobel d'Economie 2018 

William D. Nordhaus a éte primé pour ses travaux en éconmie de l'environnement, mais c'est aussi le père du Cycle Economique Electoral  (Political Business Cycle) et l'un des pilliers de la Nouvelle Economie Politique.

 

Nous lire sur http://www.atlantico.fr/decryptage/elections-et-manipulation-politique-cycle-economique-quelles-lecons-contemporaines-peut-on-tirer-william-nordhaus-bruno-3529627.html

 

Notre dernière parution

VILLES DE DROITE, VILLES DE GAUCHE

 

La campagne des municipales de 2020 a déjà commencé! 

 

"Villes de gauche, villes de droite" permet d'entrevoir les clés de la victoire aux municipales dans les villes de plus de 30 000 habitants.

L'ouvrage repose sur une base de données originale portant sur 236 grandes villes (1983-2014) élaborée par Bruno et Véronique Jérôme, étape par étape, depuis 1995. 

 

Une plongée au coeur des déterminants du vote municipal dans les grandes villes françaises.

Taux d'approbation des conflits sociaux selon le motif

Le 22 mars 2018

VJ & BJ

taux d'approbation des conflits relatifs aux transports (SNCF et RATP)

Les conflits des cheminots sont de moins en moins soutenus depuis 1995. En 2018 ce soutien est pour l'heure minoritaire dans l'opinion. Dans leur jugement, les citoyens-électeurs mettent de plus en plus en avant les nuisances et le(s) coût(s) induit(s) des grèves dans les transports.

Taux d'approbation des conflits relatifs aux retraites

Depuis 2001, les conflits relatifs à la défense des retraites reçoivent un soutien de l'opinion quasi constant (en moyenne de 65%). Tout gouvernement doit considérer le poids de cet électorat à l'orée des échéances électorales à venir.

Taux d'approbation des conflits relatifs à la défense du secteur public

Le taux de soutien de l'opinion aux conflits relatifs à la défense du secteur public se situe sur un trend nettement baissier depuis 1995. En 2018, ce soutien devient en moyenne  faiblement majoritaire. L'opinion semble prête aux réformes, reste que ceux qui vont sublir les réformes doivent accepter le changement. La réforme de l'Etat devra donc se faire avec les fonctionnaires en insistant peut-être d'abord sur le "mieux" d'Etat avant le "moins" d'Etat.

taux d'approbation des conflits relatifs au secteur de la santé (hôpitaux et EHPAD)

Le soutien aux conflits relatifs au secteur de la santé est indéfectible depuis 2000.Symbole s'il en est d'un attachement à un système de soin de qualité.

Notre dernier ouvrage

Le pouvoir politique ne peut décréter une victoire électorale, pas plus qu’il ne peut décréter un taux de croissance ou un taux de chômage !

Ce n’est pas une incitation à l’inaction, bien au contraire, ce que nous soulignons ici avec force et démonstrations – preuves théoriques et empiriques à l’appui- c’est que le politique, dans une démarche éthique, sincère et, responsable, doit avoir pour obsession de créer l’écosystème propice à l’apparition de la victoire. Ceci suppose d’agir en pleine conscience des logiques du marché politique (chapitre 1), de sélectionner les leviers efficaces et, d’intégrer la primauté de l’économie à côté des enjeux de nature politique, sociale et sociétale (chapitre 2). Il faut encore respecter le jugement de l’électeur qui se fonde sur les annonces d’un programme et le bilan d’un mandat pour mesurer la crédibilité du politique. La crédibilité est l’élément décisif de la victoire (chapitre 3), mais le politique devra aussi veiller à communiquer, sans manipuler, s’il souhaite persuader et/ou remobiliser les électeurs (chapitre 4). C’est alors qu’il pourra –aidé des bons outils et modèles scientifiques de prévision (chapitre 5)-  envisager et optimiser ses chances de victoire.